Dans Kaiju nᵒ 8, Kafka Hibino est considéré comme un raté. Alors que le Japon est régulièrement attaqué par les kaijus, lui ne cesse d’échouer au concours d’entrée de la Force de Défense contre les kaijus. Sa vie chance le jour où un petit kaiju entre dans sa bouche, lui permettant de se transformer en monstre.

Titre original : 怪獣8号

Scénariste : Naoya Matsumoto

Dessinateur : Naoya Matsumoto

Date publication : 2021 – (en cours)

Nombre de tomes : 7 (décembre 2022) – (en cours)

Éditeur : Kazé désormais Crunchyroll

Protagonistes principaux : Kafka Hibino, Reno Ichikawa, Kikoru Shinomiya, Mina Ashiro, Reno Ichikawa, Soushirou Hoshina, Gen Narumi, Isao Shinomiya

Depuis des années, Kafka Hibino, 32 ans tente d’intégrer la Force de Défense contre les kaijus. Cette unité a été créée après l’apparition de kaijus dans le monde, et notamment au Japon. Seuls les meilleurs éléments peuvent en faire partie, à l’issue d’une série d’épreuves sans pitié. Le rêve de cet homme est de rejoindre son amie d’enfance Mina Ashiro, capitaine de la troisième division des forces de défense.

Pour l’heure, Kafka est un simple employé d’une entreprise de nettoyage de kaijus. Son travail consiste à faire disparaitre les cadavres des monstres tués par les équipes de défense. Il fait un jour la connaissance de Reno Ichikawa, 18 ans, avec qui il fait équipe. Blessé en essayant de le défendre, il se retrouve à l’hôpital. C’est à ce moment qu’un mini kaiju débarque dans sa chambre et lui entre dans la bouche. Kafka est désormais capable de se transformer. Problème, il est devenu le monstre contre lequel il rêve de lutter. Aidé de Reno, il va néanmoins retenter d’entrer dans la Force de Défense contre les kaijus tout en cachant sa véritable apparence de Kaiju nᵒ 8…

Je suis officiellement obsédée par Kaiju nᵒ 8. Je n ‘ai pu m’empêcher de penser au film Pacific Rim de Guillermo Del Toro en le lisant. A chaque attaque de kaijus, des équipes de défense protègent la population. Chacune à la charge d’une zone bien particulière, dirigée par un capitaine et un lieutenant. Chaque combattant utilise une arme particulière qui lui est propre. Véritable prolongement du corps, il apprend à ne faire qu’un avec elle afin de gagner son combat. Les capitaines sont capables d’utiliser des armes surpuissantes.

De plus, les autorités sont parvenues à réutiliser les capacités des kaijus, en les transformant en armes. Seuls les combattants les plus puissants et ceux dont l’ADN leur permet de servir d’hôtes, sont autorisés à posséder une telle arme.

Kafka et Mina sont amis d’enfance. Il nettoie les traces des combats laissées par Mina et son équipe. Pourtant, lorsqu’ils étaient jeunes, ils s’étaient promis de rejoindre le groupe de défense une fois plus grands. Mais seule Mina est parvenue à réussir les épreuves. Il se sent alors comme un loser, quelqu’un qui n’est pas assez talentueux ou motivé pour réussir. Être capable de se transformer en kaiju lui apparait alors comme une chance de parvenir à faire ce qu’il n’a jamais été capable d’achever. Ce rêve le rapproche de Reno, qui espère également entrer dans la Force de défense.

C’est donc tout naturellement que le jeune homme suit Kafka lorsque celui-ci se présente aux épreuves, plusieurs mois après sa première transformation. Toute la difficulté va consister à ne pas se faire prendre. Ce qui va s’avérer difficile car il ne contrôle pas toujours son corps. Mais il refuse d’abandonner. Il est prêt à tout pour rejoindre son amie et combattre à ses côtés.

Sans trop spoiler, plus le manga avance, plus l’histoire devient incroyable. Les rebondissements sont fantastiques. Et que dire des scènes de combats. Parfaitement réussies. Dans la mesure où les armes sont différentes, les combats sont différents. Armes de points, fusils, couteaux, sabres etc., les membres des équipes se donnent à fond avec leurs armes de prédilection. Kafka utilise pour sa part ses capacités de kaiju. Mais il doit faire attention à ne pas se faire prendre, Reno étant le seul à connaitre sa véritable identité. La Force de défense l’a surnommé Kaiju nᵒ 8, car il est 8ème kaiju de ce genre à faire son apparition.

Il est plus fort, plus agile, encaisse très bien les coups. Au fil du temps, il en vient à apprécier ses nouvelles capacités qu’il ne cesse de découvrir. Pendant ce temps, Reno cherche lui aussi s’entraîne à devenir plus fort, afin de protéger son ami. Ces deux-là sont comme les 2 doigts de la main. Inséparables. Un peu comme 2 frères.

J’aime beaucoup l’ambiance de Kaiju nᵒ 8. Les personnages partagent de belles relations et tous ont un but commun, protéger leur pays au péril de leur vie. Le sujet est sérieux, entrecoupé de moments plus légers et drôles. Il y a un bel équilibre entre ces deux ambiances. De même, les dessins sont réussis. Les traits sont droits, simples et efficaces. On prend beaucoup de plaisir à tourner les pages pour lire la suite de leurs aventures. L’histoire n’est pas forcément originale mais elle est très bien amenée.  

Vous avez aimé Kaiju nᵒ 8, je vous conseille de lire Jujutsu Kaisen et Chainsaw Man, et de regarder le film Pacific Rim.

Kaiju nᵒ 8 - Naoya Matsumoto

You may also like

1 Comment

  1. Pingback: Gachiakuta, le pouvoir des ordures Les toiles de la culture - Les aventures d'une chercheuse d'histoires

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *