En 1995, une conseillère d’orientation enquête sur des faits étranges qui se produisent à Santa Lucia, une école catholique tenue par des sœurs. Il y a quelques années, une élève s’était suicidée dans les toilettes. Depuis, une rumeur étrange parle de fantômes qui hanteraient les lieux. L’assassinat d’une élève ravive d’anciens souvenirs.

Disponible sur Netflix

Eerie est une étrange surprise. Je l’ai découvert sur Netflix en cherchant un film d’horreur asiatique à regarder. Il s’agit d’une bonne histoire de fantômes philippins avec une actrice principale forte et aventureuse mais qui me laisse confuse.

Santa Lucia est une élève catholique réputée dans le pays. Pourtant, de nombreuses légendes et rumeurs courent sur les lieux. Une nuit d’orage, une étudiante qui se rendait aux toilettes est retrouvée dans les toilettes du 3ème étage. On ne sait pas trop ce qui lui est arrivé si ce n’est qu’elle est en état de choc, comme si elle avait vu quelque-chose de si terrifiant et traumatisant que son esprit n’a pu le supporter. Il se trouve que la jeune fille, Anna, a utilisé les toilettes du 3ème étage. Or, il y a quelques années, une élève s’était pendue dans ces mêmes toilettes. Les étudiants rechignent donc à les utiliser. Eerie commence à partir de ce terrible moment.

Nous suivons Patricia, une conseillère d’orientation qui prend son travail très à cœur. Peut-être même trop. Car la jeune femme possède un don, c’est un medium capable de communiquer avec les morts. Lorsque Clara, une élève, est retrouvée morte assassinée sur le campus, elle décide de mener l’enquête en interrogeant Erika « Eri », l’esprit d’une ancienne élève décédée. Mais celle-ci se livre peu et semble même terrifiée. Eerie suit l’enquête de Patricia pour tenter de comprendre ce qui se passe. Alors qu’elle pose des questions et poursuit ses investigations, Sœur Alice, la sœur supérieure, semble lui mettre des bâtons dans les roues. Elle parait tout faire pour l’empêcher de découvrir la vérité. Pourquoi ? Que cherche-t-elle à dissimuler ?

Eerie

Patricia est une jeune femme triste. Au fil du film et alors que l’on découvre les raisons de sa mélancolie, elle se relève naïve et idéaliste. Ce qui la rend parfois assez énervante. Dans sa recherche de la vérité, elle est en effet prête à tout pour aider les élèves, quitte à se mettre en danger. Et à se voiler la face. Bea Alonzo interprète son rôle avec conviction, mais n’est pas aidée par un scénario assez confus. Ce qui m’a le plus perturbée est le fait que je n’arrivais pas à différencier les esprits des élèves. Anna ? Clara ? Erika ? Qui est qui ? Donc lorsqu’un esprit apparaissait à l’écran, si Pat ou l’esprit lui-même ne s’identifiait pas, je ne savais pas de qui il s’agissait.

Eerie

Eerie se déroule essentiellement de nuit. Normal pourrait-on dire pour un film de fantômes. Il se déroule uniquement entre l’école et le logement de Patricia. L’école est le lieu d’où tout est parti. Erika s’est suicidée dans les toilettes du 3ème étage. Clara est morte dans la cour. Patricia reçoit les esprits dans son bureau. On pourrait presque dire qu’il s’agit d’un film en huis clos. La jeune femme ne cesse en effet de se déplacer principalement entre ces 4 lieux, à la recherche d’indices et d’informations. Ce qui ajoute à l’ambiance oppressante du film et à l’impression répétition. Comme si Pat tournait en rond en attendant quelque-chose. Quoi ? Vous m’en demandez trop.

De plus, les fantômes en soit ne sont pas terrifiants. Ce sont leurs actions qui dérangent plus. Et c’est peut-être là que réside le problème d’Eerie. Une fois que j’ai appris les raisons de l’action du fantôme, je me suis sentie trompée, lésée. Tout ça pour ça ? Le scénario n’est pas assez élaboré et étoffé à mon goût. Je pense qu’il aurait été plus intéressant au format court-métrage, car alors Mikhail Red, le réalisateur, aurait pu supprimer des scènes répétitives qui n’ajoutent rien à l’histoire. De plus, la fin du film me laisse encore plus confuse. Je ne suis pas sûre de l’avoir bien comprise.

Eerie

Est-ce que Eerie est un film que je conseille ? Oui et non. Oui car j’ai aimé la base du scénario et l’ambiance du film ainsi que l’actrice principale. Non car ce film n’apporte rien de nouveau au genre et ne laisse pas un souvenir inoubliable.

Bande-annonce

Si vous cherchez une histoire dans le même genre, je vous conseille Le pensionnat de Songyos Sugmakanan ou Shutter.

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.