Troisième et dernier film visionné au Festival du film coréen à Paris, Extreme Job. Il s’agit du film que j’ai préféré parmi les trois. Pourquoi ? Je vous dis tout !!

Résumé : Des policiers de la brigade des stupéfiants sont la risée de la brigade. Incapables de la moindre arrestation, ils sont constamment humiliés au cours de leurs enquêtes. Quand ils reçoivent un tuyau sur un gros trafiquant de drogue, ils décident de le surveiller depuis le restaurant de poulet en face. Mais à sa fermeture, ils reprennent l’affaire sans se douter du succès qu’ils vont rencontrer.

Plus de 16 millions d’entrées en Corée du Sud. Deuxième plus gros succès de tous les temps au box-office coréen. Voilà. Tout est dit. Je n’ai pas cessé de rire du début à la fin. On ne s’ennuie pas une seule seconde avec cette comédie. Pourquoi donc ?

Le chef Go et son équipe sont membres de la brigade des stupéfiants. Mais ils sont tellement mauvais qu’ils échouent dans toutes les enquêtes. Leur incompétence est couplée à une extraordinaire malchance. On a vraiment de la peine pour eux. Mais de qui parle-t- on ? Le Chief Go est un leader dévoué mais complètement incompétent. Le Détective Jang est une policière au caractère explosive. Le Détective Young-ho est le plus sérieux de la bande. Le Détective Ma est un policier auquel on ne peut pas se fier. Et le Détective Jae-hoon est le petit jeune qui ne rêve que de procéder à sa première arrestation. On se demande vraiment comment ils ont réussi à devenir policiers en étant aussi incompétents.

Le film commence avec l’équipe qui tente de procéder à l’arrestation d’un trafiquant. Mais leur projet tourne court quand leur suspect s’échappe. Et se fait renverser par un bus. Ce qui provoque un carambolage de 16 véhicules. Pris à partie par leur chef, ils sont menacés de sanctions. A leur sortie du bureau, ils rencontrent un de leur collègue fraîchement promu capitaine qui leur donne un tuyau sur Mubae, un gros trafiquant de drogue. Ses acolytes attendraient sa venue. Ils vont donc les surveiller depuis le restaurant de poulet localisé en face. Après plusieurs jours, le propriétaire leur annonce la fermeture du restaurant, faute de clients. Ils tombent des nues mais après concertation, le chef utilise son fond de retraite pour le racheter. Et la comédie commence véritablement.

Préparez-vous à rire et rire encore. Le succès du restaurant est tellement au rendez-vous qu’ils en oublient qu’ils sont des policiers. Normal, pour la première fois depuis très longtemps, ils sont enfin reconnus et appréciés dans leur travail ! Ils reçoivent de la reconnaissance. De quiproquo en imbroglio, ils se retrouvent à gérer un restaurant de poulet à succès. Ce qui est drôle c’est que même s’ils délaissent l’enquête, l’enquête, elle, ne les oublie pas.

L’alchimie entre tous les acteurs est au rendez-vous. On dirait une petite famille. Ils sont parfaits ensemble. On en vient à oublier qu’il s’agit d’acteurs dans un film. Leur incompétence et leur maladresse les rend terriblement attachants.

Extreme Job se divise en deux parties. La première concerne la vie en tant qu’employés du restaurant à laquelle ils prennent rapidement goût. La seconde partie est plus active et concentre l’action. La mise en scène d’Extreme job est très soignée. Lee Byeong-heon y a accordé beaucoup d’attention, même s’il s’agit d’une comédie. Preuve de son succès, il se raconte que Kevin Hart projette d’en faire un remake (après avoir fait celui d’Intouchables). Il est bien connu que quand les Américains aiment et que le film marché, ils font des remakes…

Bande-annonce

Découvrez d’autres films projetés au Festival du film coréen à Paris !!

You may also like

1 Comment

  1. Pingback: Le Festival du Film coréen à Paris : bilan - Les toiles de la culture

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.