Les deux jeunes cousins Jean et Jeannot quittent la Bretagne lorsqu’ils sont suffisamment grands afin d’aller travailler à Paris. Tout le monde apprécie le sérieux et la bonne humeur de Jean alors que Jeannot qui ne cesse de se plaindre se révèle être un adolescent malhonnête. Leurs vies vont rapidement diverger mais ils vont rapidement se faire à leur vie dans la capitale.

Titre original : Jean qui grogne et Jean qui rit

Auteur : La Comtesse de Ségur

Date publication : 1999

Éditeur : Hachette

Protagonistes principaux : Jean, Jeannot, M Abel, M Kersac

Agé de 14 ans, Jean et Jeannot sont fin prêts. Ils quittent leur Bretagne natale pour se rendre à Paris, étant désormais assez âgés pour travailler. Jean quitte sa mère Hélène avec regret mais courage alors que son cousin Jeannot se montre pleurnichard et réfractaire. La pauvre femme n’a en effet pas les moyens de subvenir aux besoins de ses enfants, qu’elle envoie à Paris dès qu’ils sont assez grands. Leur arrivée est toute planifiée : Jean sera placer avec son frère Simon dans un café tandis que Jeannot se retrouvera dans une épicerie.

Les jeunes gens vont devoir évoluer dans un univers qui leur inconnu et faire preuve de courage dans cette nouvelle étape qui les attend. Tout au long de leur parcours, ils vont faire connaissance avec différents personnages qui vont devenir des amis très proches. Néanmoins, très rapidement, leurs différences de caractère vont s’intensifier et créer un fossé entre les deux cousins. Chacun va voir des fréquentations différentes qui vont les entraîner dans des voies opposées. Jean représente le héros par excellence de la Comtesse de Ségur, un être pieux, filiale, courage, loyal et capable de dompter sa peur pour faire le bien. Tout le contraire de son cousin Jeannot, qui est roublard, paresseux, malhonnête et fourbe. Plus le temps passe, plus leurs personnalités se révèlent et plus la différence de caractères entre les deux garçons se fait flagrante.

Jean qui grogne et Jean qui rit retrace toute leur vie du moment de leur départ du village à leur futur en tant qu’adulte. Leurs avenirs seront bien sûr très différents du fait de leurs parcours et de leurs choix de vie diamétralement opposés. Et la morale de l’histoire est bien entendu de faire l’apologie de celui qui mènera la vie la plus heureuse.

Que de souvenirs émergent à la relecture de cet ouvrage. Tout le monde connait la célèbre auteure spécialisée dans les livres pour enfants. Comme dans tous les ouvrages de la Comtesse de Ségur, la religion et la bonne morale sont omniprésents. Ces romans moraux, destinés à ses petits-enfants, sont une compilation des contes qu’elles leur racontait. Jean qui grogne et Jean qui rit ne déroge pas à la règle. Ce n’est pas son meilleur ouvrage, je l’ai trouvé beaucoup trop moralisateur à mon goût (comparé aux autres) mais il se laisse lire.

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.