Tous les insectes préparent leur réserve de nourriture pour l’hiver. Mais quand petite coccinelle se retrouve accidentellement enfermée dans un carton en partance pour la Guadeloupe, toute l’équipe se reforme et vole à son secours. Son père Coccinelle, Fourmi noire et Araignée unissent leur force. Parviendront-ils à le sauver ?

Partons à la découverte de Minuscule 2 : Les Mandibules du bout du monde, une formidable épopée. Après Minuscule : La Vallée des fourmis perdues qui se déroulait dans les montagnes de la France métropolitaine, Thomas Szabo et Hélène Giraud ont cette fois délocalisé l’histoire en Guadeloupe. Ils profitent de l’occasion pour nous plonger dans une nouvelle contrée et nous faire découvrir de nouvelles espèces d’animaux et un nouvel écosystème, plus exotique et sauvage.

On retrouve avec plaisir les personnages principaux du premier opus. Fourmi noire, le soldat gradé qui donne les ordres et dirige ses troupes. Avec lui, tout est question de stratégie. Coccinelle ou « action man ». Il regarde, il analyse et il se lance. Quant à Araignée, c’est mon insecte préféré dans le film. Navigatrice hors pair, c’est surtout une mélomane qui passe son temps à écouter de la musique sur son vieil Ipod, douillettement installée dans sa maison de poupée.

Minuscule 2
©Le Pacte

Les nouveaux insectes sont tout aussi remarquables. Les coccinelles asiatiques sont des cousines qui n’hésitent pas à sa salir les pattes pour aider. Les courses poursuite avec les mantes religieuses donnent lieu à de belles scènes de bravoure et d’action. Quant aux chenilles urticantes, bien que terrifiantes de lenteur, elles sont d’une beauté dérangeante.

Minuscule 2
©Le Pacte

Les réalisateurs ont fait des merveilles et se sont surpassés. Les décors sont encore plus beaux. En Guadeloupe, on se retrouve confronté à une explosion de couleurs. A la fois dans la faune et la flore. On se retrouve face à des animaux et plantes dont l’aspect innocent et très coloré ferait presque oublier leur dangerosité (gros coup de cœur pour Marie-Josée, l’araignée poilue).

Pour ce deuxième épisode, l’intrigue est plus fouillée et les personnages plus développés. Coccinelle est devenu père. Et secourir son fils est son unique but. Il est aidé dans sa tâche par Fourmi noir et Araignée, qui n’hésitent pas une seule seconde à voler à son secours lorsqu’il demande de l’aide. Il y a également beaucoup plus de scènes et d’interaction avec les humains (Thierry Frémont et Bruno Salomone font une petite apparition !).

Minuscule 2
©Le Pacte

Minuscule 2… est un film sur la famille et l’entraide. Toutes les espèces se serrent les coudes pour aider Coccinelle et son fils à rentrer chez eux, mais également à chasser les humains qui veulent détruire leur habitat naturel. C’est l’occasion de découvrir un film écologique et profondément humain. Car les insectes ont un comportement très humain et surtout des yeux extraordinairement expressifs. Toutes leurs émotions passent par le regard, le son et la gestuelle. Les paroles deviennent alors obsolètes. Les insectes ont plus à cœur de protéger la nature que les hommes. Le comble !

L’une des scènes qui m’a le plus marqué est également celle qui décrit le mieux le comportement militaire des fourmis. Lorsque Coccinelle se retrouve en Guadeloupe, il rencontre une fourmi noire qui transmet le message de sa présence en utilisant ses mandibules. Le message part de la plage, parvient à une fourmi sur un bateau, qui le fait passer à une fourmi dans un sous-marin etc… C’est exactement la scène du Seigneur des Anneaux, lorsque s’allument les Feux d’alarme du Gondor ! Un travail d’équipe pour alerter d’une situation de détresse à l’autre bout du monde.

Minuscule 2
©Le Pacte

Minuscule… est un film drôle et touchant, qui réussit à apporter des éléments nouveaux pour nous faire apprécier cette nouvelle aventure.

Minuscule 2

Bande-annonce :

Vous avez aimé Minuscule 2 : les mandibules du bout du monde ? Vous allez adorer Minuscule : la vallée des fourmis, Shaun le mouton, Qui veut la peau de Roger Rabbit ?

Pour briller en société :

  • Il s’agit d’un film entièrement réalisé en France.
  • Le film est tiré d’une série télévisée animée, Minuscule : La Vie privée des insectes.
  • Sa particularité ? C’est un film en images de synthèse qui utilise des décors en prises de vue réelles, se sert de la technique du cinéma en relief.

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.