Aveugle depuis l’âge de deux ans, Mann retrouve la vue à la suite d’une opération de la cornée. Mais alors qu’elle s’habitue à sa nouvelle vie, elle commence à voir des choses étranges. Victimes de visions de plus en plus violentes et répétées, la jeune femme a l’impression de perdre l’esprit.

The eye est un très bon film d’horreur asiatique (Hong Kong). Comme d’habitude dans ce genre de film, les réalisateurs ont beaucoup joué sur le côté psychologique de la peur. Certes, on voit des visions terrifiantes et sanglantes, mais elles sont intelligemment amenées.

L’horreur de perdre la vue

Mann est une jeune femme aveugle. Elle réunit toutes les conditions pour subir une opération de la cornée afin de retrouver la vue qu’elle a perdu lorsqu’elle avait deux ans. L’opération est un succès et Mann parvient désormais à distinguer les formes. Elle se lie d’amitié avec sa compagne de chambre, une petite fille de 11 ans qui doit être opérée d’une tumeur au cerveau. Au cours de la nuit, elle croit voir des choses et des ombres. Mais elle ne s’en formalise pas plus que ça.

Après la chirurgie, elle est suivie par un psychologue afin de se constituer un vocabulaire visuel. Elle doit en effet apprendre à mettre des mots sur les objets et non plus les toucher pour les nommer. L’opération change sa vie. Elle doit ainsi quitter l’orchestre dans lequel elle jouait du piano car elle n’est plus aveugle.

Les choses se détériorent à mesure que le temps passe. Elle a de plus en plus de visions et ne parvient plus à distinguer ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Mann a l’impression de perdre la tête et d’être la seule à voir certaines personnes. Des esprits.

The eye - Anjelica Lee
© EuropaCorp Distribution

Prise de panique, elle demande l’aide de son psychologue qui ne la croit pas. Elle se retrouve alors seule à gérer une situation qui la dépasse et elle se renferme sur elle-même. Mann ne sort plus de chez elle et reprend ses habitudes de personne aveugle. Elle ferme les volets et vit dans le noir. Lorsque le docteur Lo se décide enfin à la croire, il fait des recherches sur le donneur de cornée. Et les informations qu’il reçoit va bouleverser leurs vies à tous les deux.

Un très bon film d’horreur

The eye est un excellent film d’horreur. Angelica Lee interprète avec brio cette jeune femme aveugle, qui recouvre la vue uniquement pour être assaillie de visions plus terrifiantes les unes que les autres. Elle doit non seulement faire face à une nouvelle réalité (elle peut désormais voir), mais elle doit également affronter des esprits. Plus le temps passe, moins elle parvient à distinguer le vrai du faux. Le film joue très intelligemment sur cet aspect. Qu’est-ce qui est réel ? Qu’est ce qui ne l’ait pas ? Lorsque l’on a été aveugle toute sa vie, comment être sûr de ce que l’on voit ?

J’ai aussi beaucoup aimé Lawrence Chou dans le rôle du docteur Lo. D’abord crédule, il finit par croire sa patiente et à s’impliquer dans l’affaire. Et même à s’attacher à elle. Il ne la croit pas folle et considère que le problème doit venir des cornées qu’elle a reçu. Il tente alors d’en remonter la piste afin d’en connaitre l’origine. Qui est le donneur ? Leurs recherches vont les mener en pleine campagne, sur les traces du donneur de cornées.

La mise en scène joue énormément sur le côté illusion et réel, ombre et lumière. Comme Mann était aveugle et vivait dans le noir, elle doit s’habituer à vivre dans la lumière. Donc le film joue habilement sur cette dualité. L’obscurité semble représenter la sécurité et la lumière le danger. Quand elle se sent en danger, son premier réflexe est de se retrouver dans l’ombre, comme lorsqu’elle était aveugle. Elle ferme les rideaux et éteint la lumière.

The eye
© EuropaCorp Distribution

La découverte de la vérité me satisfait. Tout est expliqué à la fin et la conclusion est satisfaisante. On comprend pourquoi Mann souffre de visions et les conséquences de posséder un tel « don ».

The eye est certes un film fantastique, mais je le trouve très crédible dans sa représentation d’une personne aveugle devant s’habituer à voir. Ce n’est pas un film gore, même si certaines scènes sont terrifiantes dans leur simplicité. Je conseille !!

Bande-annonce

Si The eye vous a plu, sachez qu’il existe une version américaine appelée The eye avec Jessica Alba. Allez également regarder Dark Water (Hideo Nakata) et Deux sœurs.

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.