350views

Ah Tao est une employée de maison qui travaille pour la même famille depuis près de 60 ans. Toute la famille a émigré aux États-Unis à l’exception de Roger, le fils producteur de cinéma. Ils mènent une vie de routine et d’habitude jusqu’au jour où Ah-Tao fait un infarctus…

Une vie simple - DVD

Ah-Tao a servi quatre générations dans la famille Leung, pendant plus de 60 ans. Sa vie est faite d’habitude : les courses, la cuisine, le ménage, l’entretien de la maison… La mécanique est bien huilée. Elle mène une vie très simple. Lorsqu’elle fait son infarctus, sa vie change du tout au tout. Elle, qui d’ordinaire est si indépendante et s’occupe des autres, devient alors dépendante et paralysée du côté gauche. Et Roger de son côté doit apprendre à se débrouiller seul pour la première fois.

Une vie simple Andy Lau, Deannie Yip,
©Les Acacias

« C’est toi qui prend soin d’elle aujourd’hui. C’est un juste retour des choses. »

C’est à ce moment que l’on plonge dans l’intimité de la relation entre ces deux personnages solitaires qui ne se sont jamais mariés. Installée dans sa maison de retraite après avoir pris sa retraite, Ah Tao a du mal à s’habituer à son nouveau statut. Toute la famille Leung vivant désormais en Amérique, Roger est le seul qui peut prendre soin d’elle. Au début du film, leur comportement suggère une relation employeur/employé. Mais plus le film avance, et plus leur relation se dévoile. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Roger prend alors conscience de l’importance de la vieille femme dans sa vie. Il se transforme alors en roc, qui lui rend régulièrement visite, lui fait des cadeaux, prend en charge ses frais médicaux. Ils ont presque une relation mère-fils.

Une vie simple Andy Lau, Deannie Yip
©Les Acacias

De toute la famille, c’est de Roger dont elle est le plus proche. Preuve suprême de son attachement, il se présente comme son filleul auprès des autres pensionnaires de la maison de retraite et auprès de ses collègues. Leur relation est des plus touchantes. Ah Tao fait partie de la famille. Elle figure sur les photos de la famille Leung, avec tous les autres membres. Sa loyauté et son attachement sont sans faille. On s’en aperçoit d’ailleurs quand elle fait passer des entretiens d’embauche pour la remplacer. Le moment est très drôle, car chacune des candidates a des exigences et refuse d’effectuer certaines tâches. Ah Tao est donc une rareté, car elle effectue tous les travaux sans broncher.

Une vie simple
©Les Acacias

La vieille dame a beaucoup de mal à lâcher prise. Quand la mère de Roger vient lui rendre visite, elle se comporte comme une domestique. Elle se sent gênée d’être le centre d’attention, étant habituée à vivre dans l’ombre. Mais elle finit par s’y faire. Deanie Ip livre une performance bouleversante, pleine de pudeur. On la voit tour à tour espiègle, affaiblie, combative. Andy Lau livre également une prestation remarquable, toute en retenue. Son visage, généralement impassible, s’éclaire au contact de sa vieille domestique. Plusieurs acteurs et réalisateurs font également des caméos tels Tsui Hark, Sammo Hung ou encore Angelababy.

Une vie simple Andy Lau, Deannie Yip
©Les Acacias

J’ai vraiment aimé la manière dont la réalisatrice dépeint la vie des pensionnaires de la maison de retraite de Ah Tao. Chacun y vit pour des raisons différentes : abandon par la famille, maladie… Tous rassemblés, ils forment une nouvelle famille. Ann Hui profite du film pour dénoncer les conditions de vie des personnes âgées à Hong Kong. La population est en effet vieillissante et il y a peu de places en maisons de retraite. Les centres privés sont hors de prix et les lits sont rares dans les centres publics. C’est un sujet qui la touche, étant habituée à parler des sujets de société dans ses différents films. Elle aborde ce thème avec beaucoup de sobriété et ne tombe jamais dans le patos ou le mélodramatique.

Une vie simple
©Les Acacias

Une vie simple est inspirée de la de la domestique de Lee Yan Lam, l’un des producteurs du film. A sa mort, il lui a promis de faire connaître son histoire. Je me suis retrouvée dans le personnage de Ah Tao car à son image, j’aime les habitudes. Je n’aime pas sortir de ma routine. Mais voir le sourire de la vieille dame vaut bien un petit effort, non ?

Bande-annonce :

Le saviez-vous ?

  • Ann Hui est une réalisatrice star à Hong Kong et a fait partie de la Nouvelle Vague hongkongaise
  • C’est le film des retrouvailles pour Andy Lau et Deanie Ip, qui avaient joué ensemble pour la première fois dans le film The Truth de Johnny Mak (1988)

You may also like

1 Comment

  1. Pingback: Les films lents et contemplatifs, un genre à part entière - Les toiles de la culture

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.