Le film Iron claw retrace la dynastie de la famille Von Erich, considérée comme l’une des plus grandes familles de catcheurs de tous les temps. Pourtant, tragédie, après tragédie, ils n’ont jamais baissé les bras. Menée d’une main de fer par le père Fritz, la fratrie s’est élevée au firmament de la discipline. A quel prix ?

Iron claw - affiche

Je l’avoue sans la moindre honte. Oui, j’ai versé ma petite larme devant Iron claw. On se demande comment une famille peut vivre autant de tragédies et de malheurs. Sur les 6 enfants (5 dans le film), un seul a survécu à ce jour. Tous les autres sont morts de façon accidentelle ou par suicide, l’un après l’autre. Comment une famille peut-elle se relever après tant de souffrances ? Vivent-ils une malédiction comme certains le pensent ? Honnêtement, la question peut se poser. Surtout lorsque l’on sait que ce film A24 s’inspire d’une histoire vraie.

L’histoire commence avec Fritz Von Erich, catcheur qui ne cesse de gagne en notoriété, qui rêve de devenir Champion du monde. Lorsque ses rêves de gloire ne se réalisent pas, il se tourne vers ses fils. Dur et manipulateur, il ne rêve que de vivre son rêve à travers eux, sans se soucier du mal et des souffrances qu’il leur impose. Seul compte ce que lui veut. Quitte à les briser dans le process.

Une famille pas comme les autres

Fritz Von Erich est un homme ambitieux qui ne vit que pour le catch. Rien d’autre n’a d’importance à ses yeux que la victoire et la reconnaissance. Il voulait être Champion du monde et lorsque cela ne s’est pas réalisé, il a reporté son rêve sur ses enfants. Kevin, David, Kerry et Mike sont tous fiers de leur père. Ils courent après son affection et cherchent à lui faire plaisir à tout prix. Ils sont même prêts à mettre leur vie de côté pour lui. Mais le prix à payer est particulièrement élevé. Car Fritz joue avec leurs sentiments. Il tient en effet un classement et annonce qu’il peut changer à tout moment. Qui sera le fils préféré du moment ? Dottie, la mère, pendant un moment la seule présence féminine de la famille avant l’arrivée de la femme de Kevin, est une femme très effacée. Après la mort accidentelle de son fils aîné Jack Jr. lorsqu’il était petit, elle s’est tournée vers la religion pour supporter la douleur d’avoir perdu un enfant. Elle refuse d’intervenir dans la relation entre ses fils et son mari, même à la demande de ses enfants. Je lui en ai voulu, car elle aurait pu, à certains moments, servir d’intermédiaire, et ainsi éviter que ses enfants ne souffrent.

Une dynastie de catcheurs

Avec Iron claw, on découvre que les Von Erich ont marqué l’histoire du catch. Le père, Fritz, s’est notamment fait connaitre pour son « Iron claw », un geste qui lui permet d’empoigner la tête de son adversaire dans un étau de fer. Tous les enfants Von Erich vont faire du catch, avec divers niveaux de réussite. Kerry est celui qui a connu la plus grande réussite, ayant réussi à gagner le titre de Champion du monde des poids lourds. Combattant seul ou par équipe, ils étaient très appréciés du public. Le film montre très bien leur côte de popularité auprès des spectateurs. Beaux gosses, charmants et musclés, ce sont de très bons commerciaux pour le catch. J’ai particulièrement apprécié les combats. On peut voir que les acteurs se sont entrainés dur pour être capable de reproduire des gestes et des prises très techniques en toute sécurité. Il n’y a pas à dire, ils ont mouillé le maillot si l’on peut dire.

Iron Claw
© Leonine

Une malédiction familiale

« J’ai été un frère et maintenant, je ne suis plus le frère de personne. »

Kevn Von Erich

Après le décès de David des suites d’une hémorragie intestinale au Japon alors qu’il allait combattre pour le titre de Champion du Monde des poids lourds, les morts s’enchaînent. Je connaissais déjà la fin, et pourtant, je ne cessais de me dire, pas encore. Ce n’est pas possible. Plus le film avance, plus on comprend que la « malédiction » est liée au catch, et plus précisément au père. La pression qu’il exerce est tout simplement impossible à supporter. Personne ne peut le satisfaire. Il en exige toujours plus. Il vit littéralement sa vie et ses rêves de gloire à travers ses enfants, comme ses mères qui inscrivent leurs filles à des concours de Mini Miss. Ne serait-il pas la malédiction ?

Une famille au sommet

Iron claw ne serait pas ce film formidable sans la présence d’un casting formidable à l’alchimie parfaite. Zack Efron y est tout simplement parfait. Interprétant Kevin Von Erich, il joue son meilleur rôle, celui du fils aîné et ciment de la fratrie. Il ne vit que pour être un frère. S’il aime autant ce sport, c’est parce que cela lui permet de passer du temps avec ses frères. Harris Dickinson est David Von Erich, le beau parleur. Grand et blond, c’est un charmeur, toujours près à soutenir et supporter ses frères. Vient ensuite Kerry Von Erich, joué par Jeremy Allen White. Ancien lanceur de marteau dont les rêves olympiques ont été douchés par le boycott américains des Jeux russes, il s’est lancé dans le catch. Mentalement parlant, il est celui qui va le plus souffrir des pressions exercées par Fritz. Mike est un esprit simple, passionné de musique. Stanley Simons interprète son rôle avec conviction. On comprend très vite qu’il pratique le catch pour répondre aux attentes de son père et non pas par envie. Il n’a ni la personnalité, ni le physique pour s’adonner à une telle pratique. Côté parent, j’ai adoré détester Fritz aka Holt McCallany. Dur et tyrannique, il considère ses enfants comme des pions dans son combat contre les instances officielles du catch. Il leur a en effet toujours reproché de ne jamais avoir reconnu son talent. Dottie est Maura Tierney, la matriarche. Femme effacée mais mère aimante, elle se fait vite oubliée et disparait derrière la forte présence de son mari. Enfin, nous avons Pam (Lily James), la femme de Kevin. A ses côtés dans les bons et les mauvais moments, elle se battra pour sauver leur couple au milieu de toutes ces tragédies.

Iron Claw : Photo Stanley Simons, Harris Dickinson, Holt McCallany, Maura Tierney, Zac Efron
© Leonine

Iron claw est un film qui mériterait beaucoup plus d’attention. On y vient pour l’histoire, on y reste pour les acteurs.

Si vous avez aimé Iron claw, je vous conseille aussi The wrestler, La méthode Williams ou Foxcatcher.

Bande-annonce

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *