Au cours d’une représentation de théâtre de la pièce « Le Cocu », Yannick, un spectateur mécontent se lève et décide de prendre la situation en main.

Yannick - affiche

Quentin Dupieux s’est encore une fois surpassé après le brillant Fumer fait tousser. C’est un film dans un film, avec des acteurs qui interprètent des comédiens sur scène. Le casting est brillant, et on passe un très très bon moment à observer l’absurdité de la situation. A voir absolument !

Une troupe de théâtre effectue la première représentation de sa pièce « Le Cocu », dans lequel un mari apprend que sa femme le trompe et le quitte pour un autre homme. Mais alors qu’ils sont en pleine représentation, un spectateur se lève. Yannick n’est pas content. Gardien de nuit, il a posé une journée de congé pour assister à la pièce de théâtre qui ne lui plait pas du tout. Mais alors pas du tout. Il avait l’intention de passer un très bon moment dans une vie banale et triste, et, néanmoins la soirée ne se déroule pas du tout comme il l’espérait. La pièce ne l’amuse pas. Il décide alors d’exprimer son mécontentement et il commence à se disputer avec les comédiens, qui se mettent rapidement en colère. Mis à la porte, Yannick revient avec une arme. Il va leur montrer ce qu’il attend d’eux en leur écrivant une pièce qu’ils devront jouer…

Yannick, un film ou une pièce de théâtre ?

Quentin Dupieux nous présente un film à la mise en scène originale, qui se déroule dans un lieu unique, une salle de théâtre. Les comédiens jouent avec passion une pièce moyenne jusqu’à l’interruption de Yannick. J’ai toujours adoré voir des acteurs jouer des acteurs parce qu’il y a toujours un côté surjeu. Ils en font plus, parfois jusqu’à la caricature. Il est intéressant de voir la façon dont un scénariste perçoit un acteur et la façon dont celui-ci joue le rôle. Ici, tout fonctionne. Les acteurs interprètent des comédiens pleins d’entrain qui vont au fil du film redécouvrir leur métier. La caméra alterne entre la scène avec les acteurs, la salle avec les spectateurs et Yannick qui navigue entre les deux. Il fait le lien entre la scène et la salle, jouant sur les deux tableaux.

Un scénario original

L’une des grandes forces de Yannick est son scénario, pourtant très simple. Un homme veut passer un bon moment en assistant à une représentation théâtrale. Malheureusement, la pièce n’est pas de la qualité qu’il escomptait. Très déçu, il exprime son désarroi, ce qui entraîne une dispute avec les comédiens. Rapidement, la situation dégénère et nous nous retrouvons en plein prise d’otage. Tout est absurde, mais par un incroyable miracle, tout fonctionne ! On passe tout le film à se demander comment on en est arrivé là. Comment passe-t-on d’un spectacle à une situation aussi dramatique ?

Yannick : Photo Pio Marmaï, Blanche Gardin, Sébastien Chassagne, Raphaël Quenard
© ATELIER DE PRODUCTION/CHI-FOU-MI PRODUCTIONS/QUENTIN DUPIEUX 2023

Des acteurs formidables

Quentin Dupieu réunit un casting extraordinaire. Gros gros gros coup de cœur pour Raphaël Quenard et Pio Marmaï. Le premier avait eu un petit rôle dans Mandibules et fait une apparition très remarquée et réussit dans Fumer fait tousser. Ici, il vampirise l’écran avec son accent et son côté maladroit. Très gauche et assez lourd, on hésite entre l’envie de lui mettre des claques et de le serrer dans ses bras. C’est le rôle d’une vie. Raphaël Quenard est Yannick. Personne d’autre n’aurait pu l’interpréter avec autant de conviction. Quant à Pio Marmaï, il est juste somptueux. Son personnage évolue au fil du film et c’est un vrai plaisir à regarder. Il est parfait en opposition de Yannick. Les deux personnages et acteurs fonctionnent incroyablement bien ensemble. Blanche Gardin, qui est également apparue dans Fumer fait tousser face, encore une fois, à Raphaël Quenard, et Sébastien Chassagne complètent le casting.

Quentin Dupieux, un réalisateur unique

Quentin Dupieux est comme Wes Anderson, on aime ou on déteste. De mon point de vue, il n’y a pas d’entre deux. Donc j’aime certains de leurs films et je déteste d’autres. J’ai adoré The Grand Budapest Hotel, mais j’ai détesté The French Dispach. Fumer fait tousser est une merveille alors que Mandibules m’a laissé de marbre. Quentin Dupieux a un humour très particulier, qui ne plaira pas à tout le monde, parfois potache, d’autre fois lourd et de temps en temps absurde. Tout le monde ne parviendra pas à entrer dans son monde. Pourtant, je trouve que Yannick est l’un de ses films les plus accessibles. Il est terre à terre et se déroule dans un milieu que la plupart des gens connaissent. De même, les dialogues sont mordants et actuels et font mouche. Si le film fonctionne aussi bien, c’est parce que le réalisateur n’hésite pas à aller jusqu’au bout de son scénario, entrainant dans son sillage des acteurs qui se plaisent à jouer.

Yannick vous a plu ? Regardez également Fumer fait tousser et Au poste !

Bande-annonce

You may also like

3 Comments

  1. Pingback: Mandibules, du pur Quentin Dupieux Les toiles de la culture - Les aventures d'une chercheuse d'histoires

  2. Pingback: Menons l’enquête avec le film Coup de théâtre Les toiles de la culture - Les aventures d'une chercheuse d'histoires

  3. Pingback: Les Trois mousquetaires : D’Artagnan, le retour du film de cape et d’épée Les toiles de la culture - Les aventures d'une chercheuse d'histoires

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *