Deux amis pas très malins, Jean-Gab et Manu doivent effectuer une livraison pour un caïd local. Après avoir volé une voiture, ils découvrent une mouche géante dans le coffre. Ni une, ni deux, ils décident de la dresser afin de gagner de l’argent.

Mandibules

Quentin Dupieux, c’est simple : on aime ou on déteste. Car son cinéma est très particulier, entre stupidité et humour potache. Pour ma part, j’ai bien aimé Mandibules même si ce n’est pas son meilleur film. Je l‘ai trouvé touchant mais un peu lent. Je reste mitigé. Je n’adore pas, mais je ne déteste pas.

Manu n’a pas inventé l’eau chaude. Un brigand local lui confie ainsi une mission toute simple : transporter une valise chez un homme, Michel Michel. S’il effectue bien son travail, il recevra 500 €. Pour mener à bien sa mission, il fait appel à son ami de toujours, Jean-Gab.

Ayant besoin d’un véhicule, Manu a volé une voiture. Mais alors qu’ils se rendent chez Michel Michel, ils entendent un bruit étrange en provenance du coffre. En ouvrant l’habitacle, ils tombent sur une mouche géante. Après quelques instants de réflexion, leur décision est prise. Ils vont dresser la mouche et se faire de l’argent en utilisant ses capacités. Mais tout ne se déroule pas comme prévu.

Mandibules, Grégoire Ludig, David Marsais
© Memento Films Distribution

Je savais à peu près à quoi m’attendre avec Quentin Dupieux et son film Mandibules. J’avais vu son film Au poste !, avec Benoît Poelvoorde, que j’avais adoré. Là, je suis moins convaincue. J’ai trouvé que l’histoire trainait un peu en longueur et qu’il y avait beaucoup de répétitions de situations.

Les acteurs principaux, Manu et Jean-Gab, sont respectivement interprété par Grégoire Ludig et David Marsais, le célèbre duo du Palmashow. Leur alchimie est d’ailleurs le principal atout du film. On semble se retrouver à vivre dans leurs délires. Simples d’esprit, les deux hommes ne se posent pas véritablement de questions. La mouche est pour eux un moyen de gagner de l’argent et de se sortir de la misère dans laquelle ils vivent.

Autre actrice au casting, Adèle Exarchopoulos, qui interprète le rôle d’Agnès, une jeune femme qui parle très fort et souffrent de séquelles neurologiques à la suite d’un accident. Je ne sais pas quoi penser de son rôle. Au premier abord, on pourrait penser que l’on se moque d’elle, mais après réflexion, je n’en suis plus aussi sûre.

Mandibules, Adèle Exarchopoulos
© Memento Films Distribution

Les coups de malchance se multiplient pour le pauvre duo qui parvient néanmoins à s’en sortir par je ne sais quel miracle. Ils sont très clairement simples d’esprit, mais ils sont néanmoins capables de fonctionner tout seuls. Ils conduisent, prennent leurs propres décisions et font la distinction entre le bien et le mal. Leur unique pensée est pour le lendemain. Que vont-ils manger ? Comment vont-ils s’en sortir ?

J’ai beaucoup aimé les couleurs, très douces. Quant à la mise en scène, on ne peut pas faire plus simple. Elle est des plus linéaires. Quentin Dupieux ne fait pas de folies avec sa caméra. Il va au plus simple. Ce qui n’est absolument pas dérangeant.

Mandibules est une comédie des plus absurdes, dont l’humour est propre à son réalisateur. On reconnait immédiatement un film de Quentin Dupieux, comme on reconnait un film de Wes Anderson, Guillermo Del Toro ou Quentin Tarantino. Le réalisateur à un style qui lui est propre. On aime, on déteste ou on se laisse porter, comme moi. Avec lui, plus c’est con, plus ça passe. Avec moi, c’est passé, mais difficilement. A chacun de se faire son opinion.

Bande-annonce

Mandibules vous a plus ? Vous pouvez aussi découvrir Au poste !, Les Tuches ou Mais qui a tué Pamela Rose ?.

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.