Kaleb, jeune homme en recherche d’un avenir, trouve un jour une araignée chez un ami épicier.  Passionnée d’animaux exotiques, il l’achète. Mais rapidement, l’animal venimeux s’échappe et fait des ravages dans l’immeuble. Les vermines sont de sortie…

Chapeau. Chapeau bas même. Pour une première réalisation (nommée aux Césars 2024 dans la Catégorie Meilleur premier film !!!), Sébastien Vaniček a fait un travail magnifique. Des acteurs habités, un scénario captivant et une mise en scène des plus angoissantes, Vermines est un film d’horreur qui n’a pas à rougir de la comparaison avec des films étrangers.

Depuis la mort de leur mère, Kaleb et Man tentent de survivre tant bien que mal dans l’appartement qu’elle leur a légué. Mais les deux jeunes gens gèrent leurs émotions différemment. Manon gagne sa vie en effectuant des chantiers, avec pour projet de créer sa propre entreprise. De son côté, Kaleb survit de petits trafics, notamment la vente de baskets de luxe sous le manteau. Amateurs d’insectes exotiques, il découvre un jour une araignée dans l’arrière-boutique d’un vendeur. Malheureusement, la bestiole, plus sauvage et agressive qu’elle n’y parait, s’échappe et se promène dans la tour d’habitation.

Un casting prenant

Sébastien Vaniček a réuni un casting parfait. Fait assez rare pour le signaler, chaque acteur/personnage a son petit moment de gloire où il démontre ses capacités. Théo Christine est Kaleb. Jeune homme brut, il cache un grand cœur derrière un sale caractère. Il est toujours près à aider son prochain et à faire la police dans l’immeuble. Jérôme Niel est Mathys, l’un des meilleurs amis de Kaleb. De tous les bons et mauvais coups, c’est un voleur d’une loyauté sans faille avec ses amis. Lisa Nyarko est Manon, la sœur de Kaleb. Plus âgée que lui, elle n’a qu’une idée en tête, vendre l’appartement, récupérer l’argent et envie vivre sa vie, loin du quartier et des souvenirs liés à l’appartement. Elle aime son frère, mais les deux ne s’entendent plus. Finnegan Oldfield est Jordy, l’ancien meilleur ami de Kaleb. Séparés depuis une brouille et son départ du quartier, ils ne se parlent plus et ont des relations conflictuelles. Sofia Lesaffre est Lila, policière municipale, petite-amie de Jordy et amie de Manon. Ce groupe de 5 personnages forment le cœur du film Vemines. Ce ne sont pas de simples jeunes de cité, ce sont des personnes qui font preuve d’abnégation pour se sortir d’une situation terrifiante.

Vermines : Photo Lisa Nyarko, Finnegan Oldfield, Sofia Lesaffre, Jérôme Niel, Théo Christine
© Tandem Films

Un film de Vermines

Au fil du film, on réalise rapidement que le titre de Vermines possède un double sens. Il s’agit tant des nuisibles qui deviennent envahissants au point d’en devenir mortelles que des habitants de la tour que les policiers tardent à sauver. Dès l’annonce de l’attaque des araignées, les autorités bloquent les portes de la tour, isolant les habitants. Dès lors, ces derniers doivent luttent tout seuls pour leur survie. Vermines est un mélange de Banlieue 13 et de La haine, parsemé de tous les meilleurs éléments de film d’horreur. Comme souvent dans les films sur la cité en France, les réalisateurs montrent souvent les dessous de ces lieux d’habitation. Ces populations sont les premières sacrifiées en cas de problèmes. C’est le cas ici. Vermines est un film terriblement humain avec des personnages très attachants qui portent le film sur leurs épaules avec leurs histoires.

Un film d’horreur de qualité

Sébastien Vaniček a accordé beaucoup d’attention à la qualité des effets spéciaux. Preuve en est avec Léo Ewald, superviseur des effets visuels, qui a obtenu une nomination dans la catégorie des Meilleurs Effets visuels aux Césars 2024 pour son travail sur le film. J’ai ainsi sursauté dès les premières images du film, qui s’ouvre sur une chasse aux araignées dans le désert nord-africain. Et tout au long du film, les araignées gagnent en puissance et en taille, rendant Vermines de plus en plus anxiogène et dérangeant. Des effets spéciaux de qualité participent à l’ambiance du film, notamment dans les films d’horreur. C’est particulièrement le cas pour ce film. La mise en scène au sein de la tour, le jeu des acteurs et les araignées font de Vermines un film immanquable et remarquable, notamment parce qu’il s’agit d’un premier film.

Vermines : Photo Théo Christine
© Tandem Films

La tour, élément de décor indispensable

La tour, à la forme ronde des plus originales, est le principal décor du film. Les personnages le parcours dans tous les sens, de bas en haut ou en traversant les couloirs. Ils n’ont qu’un seul but : en sortir à tour prix. Là aussi, il y a un double sens. Le groupe de 5 veut quitter la tour pour échapper aux araignées tueuses. Mais c’est également un lieu que les habitants quittent petit à petit, à la recherche d’une vie meilleure. Ils veulent rêver grand et quitter un édifice qui tombe en ruines et n’est réparé que de temps en temps.

Vermines est un excellent premier film, distribué par Tandem Films, qui donne envie de voir les prochains projets de Sébastien Vaniček. Ses deux nominations aux Césars sont plus que mérités !

Si vous avez aimé le film, vous apprécierez également Mimic, La mouche ou encore La haine.

Bande-annonce

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *