356views

Trisha, 9 ans, est une petite fille qui ne supporte plus les disputes entre son frère Peter et leur mère. Depuis le divorce de leurs parents, les deux sont en conflit ouvert. Un jour, Quilla, leur mère, décide de les emmener faire une randonnée sur la piste des Appalaches. Épuisée par leur dispute, la petite fille se laisse distancer. Mais sans s’en rendre compte, elle finit par se perdre. Commence alors une errance dans une nature inhospitalière, sauvage et dangereuse. Alors qu’elle lutte contre la peur et la faim, une menace rôde, qui semble la suivre. Pour affronter le danger, elle peut compter sur son baladeur, qui lui permet de suivre les exploits de son héros, le joueur de baseball Tom Gordon.

Titre original : The girl who loved Tom Gordon

Auteur : Stephen King

Date publication : 1999

Éditeur : Le livre de poche

Protagoniste principal : Trisha McFarland

Tout ce que Trisha voulait, c’était prendre de la distance par rapport à sa mère et son frère Peter. Depuis le divorce de leurs parents Larry et Quilla, l’adolescent de 14 ans a vu sa vie être bouleversé. Changement d’école, vie avec sa mère, il ne le supporte pas et mène la vie dure à Quilla. Trisha, 9 ans, préfère pour sa part voir les choses du bon côté. Elle fait de son mieux pour détendre l’atmosphère en étant toujours des plus joviales, avec plus ou moins de réussite. Mais elle atteint son point de rupture le jour où la petite famille part faire une randonnée sur la piste des Appalaches. Si seulement elle avait pu prévoir ce qui se déroulerait en se laissant distancer. Si seulement elle avait su…

Survivre. C’est la seule chose à laquelle elle se raccroche. Une fois qu’elle comprend qu’elle est perdue, Trisha se met en mode survie afin de mettre toutes les chances de son côté. La petite fille qui aimait Tom Gordon est un ouvrage remarquable car nous suivons les pensées de la petite fille. Nous avons de brefs aperçus de la situation de Peter, Quilla et Larry, le reste de la famille, mais le personnage principal est Trisha. Stephen King parvient à nous présenter la psyché de cet enfant avec une facilité déconcertante.

La peur. La faim. L’incompréhension. Trisha n’échappe à rien. Comment retrouver son chemin ? Quelle route doit-elle suivre ? Doit-elle suivre son instinct ? Elle se révèle bien plus mature que les enfants de son âge. 9 ans. Perdue dans la forêt avec quelques provisions et son baladeur, sans téléphone portable ni aucun autre moyen de communication, la petite fille ne peut compter sur elle-même. Ses maigres connaissances de la nature vont lui être du plus grand secours lors de son errance. Quels fruits sont comestibles ? L’eau est de la rivière est-elle potable ? Tout est bon pour survivre et trouver de l’aide.

« Le goût [de la truite] était à la fois sublime et infect. Comme la vie. »

Trisha McFarland est sans conteste l’un des personnages les plus forts de toute l’œuvre de Stephen King. L’auteur, qui aime les personnages féminins forts (Dolores Clairbone, Jessie, Lisey…), met cette-fois en avant une petite fille qui se révèle être une battante. Et on reste admiratif devant sa force. Âgée de 9 ans, Trisha fait preuve d’un courage et d’une abnégation qui forcent l’admiration. Elle n’abandonne jamais, elle refuse de baisser les bras sans se battre. Comment y parvient-elle ? Avec l’aide de Tom Gordon, son joueur de baseball préféré. Ce sportif du club des Red Sox sera son compagnon d’infortune, celui qui lui tiendra compagnie dans les bons et mauvais moments. Equipée de son baladeur, elle suit ses exploits à la radio tout en luttant pour sa survie. De joueur lointain et passif, il va prendre de l’importance au fur et à mesure que son séjour dans les bois se poursuit. Trisha finit même par avoir des conversations avec lui, ce qui l’empêche probablement de sombrer dans la folie et le désespoir. Après tout, il est son unique lien avec l’extérieur, avec le monde.

« J’ai de l’eau glacée dans les veines ! Si tu me mords, tu te transformeras en bloc de glace ! »

Tom Gordon et son baladeur vont jouer les personnages secondaires. Leur relation est très intelligemment expliquée. Trisha et son père sont des fans des Red Sox (une équipe de baseball), et plus particulièrement du lanceur Tom Gordon. En conservant un lien avec lui, elle conserve une relation, certes tenue et lointaine, avec sa famille. C’est à la nuit tombée qu’elle s’installe, met les piles dans son baladeur et écoute les matchs de son équipe favorite. Ces quelques moments lui permettent d’oublier sa situation et de vivre des moments quasi « normaux ».

Alors qu’elle a déjà fort à faire pour s’en sortir, elle finit par s’apercevoir qu’une menace rôde. Quelqu’un ou quelque-chose semble la suivre. Elle ne sait pas de quoi il s’agit. Seules certitudes : elle ne lui veut pas du bien. Et elle se rapproche dangereusement. Que se passera-t-il quand elle parviendra à la rattraper ? Elle ne le sait pas. Et refuse de le savoir. Comme très souvent avec Stephen King, la menace est vague. Ceux qui lisent Stephen King savent que l’auteur aime à représenter le Mal (avec un grand M) sous des formes diverses : Désolation, Salem, Christine, Jessie, Misery etc. Le Mal n’a jamais la même forme mais son but est toujours le même, la destruction. La douleur. La mort. Et c’est une petite fille de 9 ans qui doit l’affronter. Va-t-elle s’en sortir ? Il vous faudra lire La petite fille qui aimait Tom Gordon pour le savoir.

Si les aventures de Trisha dans La petite fille qui aimait Tom Gordon vous ont plu, vous apprécierez également Désolation et Histoire de Lisey de Stephen King.

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.