Usurpateur. Manipulateur. Victime. Fou. Imposteur. Tout le monde a son opinion sur Frédéric Bourdin. L’ homme s’est en effet fait connaître en 1997 dans le monde entier après avoir usurpé l’identité d’une jeune adolescent de 13 ans alors qu’il en avait 24. Dans son ouvrage, le journaliste Christophe d’Antonio chercher comprendre ce qui le pousse à usurper ainsi différentes identités et à abandonner la sienne…

Titre original : Le caméléon

Auteur : Christophe D’Antonio

Date publication : 2005

Éditeur : J’ai Lu

Protagoniste principale : Frédéric Bourdin

Frédéric Bourdin a eu une enfance difficile, ayant été retiré de la garde de sa mère pour être confié à ses grands-parents à l’âge de 2 ans ½ . Selon ses dires, il aurait été victime d’abus sexuels à plusieurs reprises durant son enfance. Mais l’homme est un menteur pathologique et personne ne peut confirmer ses dires. On ne sait donc pas si on peut le croire ou non. Ce qui est par contre certain, ce sont les tensions régnants au sein de la famille Bourdin. Frédéric s’est toujours senti rejeté, mis à l’écart et incompris. Son grand-père n’a en effet jamais aimé son père, un Algérien qui ne l’a jamais reconnu. Tout sa vie, il a ainsi reproché à sa mère de l’avoir abandonné et de ne pas s’être battu pour le récupérer de chez ses grands-parents.

Dans Le Caméléon, on découvre un homme errant, surnommé « Bourdin des bois » par certains membres de sa famille et qui n’arrive à rester longtemps au même endroit. Il commence par fuguer des foyers où il est placé avant de s’essayer à la fausse identité. On suit ainsi son périple à travers l’Europe (Espagne, Italie, Angleterre, Irlande etc) où il profite de différents foyers. Il lui arrive même de voyager aux aux frais du consulat quand il demande à être rapatrier.

« Il s’agit d’un incroyable mystificateur dont la perversité n’a d’égale que l’intelligence. »

Homme de routine, sa technique est toujours la même, aidé il faut le dire par un physique fluet. Il parle d’une voix douce, la tête baissée et attirant la compassion et la sympathie sur lui. Il se fait passer pour un adolescent victime de sévices ou abandonné et intègre entre autres des foyers pour jeunes, des hôpitaux pour enfants ou encore des orphelinats.

« […] Lorsqu’il laisse libre court à sa colère, parce qu’il se sent ignoré ou méprisé, Frédéric Bourdin tient parfois des propos inquiétants. »

Son plus grand fait d’arme est l’usurpation de l’identité de Nicholas Barclay, un adolescent américain de 13 ans porté disparu au Texas 1994. Il réapparaît en Espagne 3 ans après sous les traits de Frédéric Bourdin, 24 ans. Je trouve surréaliste qu’il ait réussi à se faire passer pour un adolescent alors qu’il en avait 24 au moment des faits. Et encore plus que la famille de l’adolescent n’ait rien remarqué pendant les 4 mois où il a séjourné avec eux. Ou ait semblé ne rien remarqué. Les faits sont encore confus aujourd’hui. Pour ses différentes actions (déposition mensongères à des enquêteurs fédéraux et obtention frauduleuse d’un passeport américain entre autres, six délits en tout), il est condamné à 6 ans de prison. La lourdeur de la peine a surpris le jeune homme car en France il avait l’habitude de faire du sursis ou des peines courtes.

Le journaliste Christophe d’Antonio a noué une relation compliquée avec Frédéric Bourdin. Il raconte que le jeune homme a une personnalité très complexe et qu’il parvient à s’adapter à son interlocuteur. Il est également autodestructeur, lorsqu’il ne cesse de repousser toutes les personnes qui tentent de l’aider et de lui tendre la main. Frédéric Bourdin n’est visiblement pas fait pour vivre en société, respecter les règles et respecter les autres. Il suit son propre chemin et ses propres règles. Son comportement et ses motivations sont peu claires. Cherche-t-il à retrouver la stabilité familiale qui lui a manqué étant enfant ? Est-il ce justicier qui veut protéger les enfants comme il le clame ?

« Frédéric a […] une peur obsessionnelle de vieillir parce que le jour où il ne pourra plus se faire passer pour un mineur, sa vie basculera. »

Toute sa vie, il a voulu la reconnaissance. De sa famille, du monde entier. Il veut être connu et reconnu. Il veut qu’on l’écoute et être le centre de l’attention. A la moindre contrariété, il devient méchant, rancunier, agressif, caractériel. Que veut-il vraiment ? D’après ses propres dires, il recherche l’amour et l’affection qui lui a manqué étant petit. Et se venger du monde entier, oubliant par la même occasion tout ceux qui ont tenté de le sortir de sa vie d’errance.

Adaptation cinématographique

Date de sortie : 23 juin 2010 (France)

Réalisateur : Jean-Paul Salomé

Casting : Marc-André Grondin, Famke Janssen, Ellen Barkin, Émilie de Ravin

Si vous avez aimé ce livre, jetez-vous sur la série Le Caméléon ou sur le film Arrête-moi si tu peux.

You may also like

1 Comment

  1. Pingback: Le Caméléon, héros de la Trilogie du samedi - Les toiles de la culture

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.