458views

L’année 2022 (même si elle n’est pas terminée), a été riche en sortie ! La Corée du Sud et le Japon nous ont ainsi proposé de très beaux films, tous plus intéressants les uns que les autres. Petit florilège de films asiatiques que j’ai vus, de Decision to leave à Aristocrats en passant par La Chance sourit à madame Nikuko.

Decision to leave

Pays d’origine : Japon

Un homme est retrouvé mort sur pied d’une montagne. L’inspecteur Hae-Joon, chargé de l’enquête, interroge alors l’épouse du défunt Seo-Rae, une jeune femme d’origine chinoise. Alors qu’il est marié et qu’il partage son temps entre les trajets pour rejoindre sa femme qui ne vit pas avec lui et ses enquêtes, il se rapproche de la jeune femme. Peu affectée par la mort de son mari, celle-ci ne se montre pas insensible au policier.

Réalisateur des superbes Mademoiselle, Old Boy ou encore Je suis un cyborg, Park Chan-Wook nous revient avec le magnifique Decision to leave. J’en suis encore toute retournée. Les acteurs partagent une alchimie incroyable, alors que lui mène enquête, et qu’elle est une suspecte dans une affaire de meurtre. La relation interdite entre ces deux êtres est au cœur du film, sublimée par une mise en scène incroyable. Vraiment incroyable, qui justifie amplement son Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2022. Le réalisateur coréen nous propose un drame passionné et passionnant dont on ne peut imaginer l’issue. C’est l’un de mes coups de cœur de 2022 et l’un des plus beaux films asiatiques de l’année.

Jujutsu Kaisen 0

Pays d’origine : Japon

Jujutsu Kaisen 0 est un animé qui reprend des personnages de l’univers Jujutsu Kaisen. Alors qu’il n’était encore qu’un enfant, Yuta Okkotsu a assisté à la mort de sa jeune amie Rika Orimoto dans un accident de voiture. Depuis ce funeste jour, il est littéralement hanté par Rika, sous la forme d’un puissant esprit. Après des années à souffrir de cette malédiction, Yuta attire l’attention de Satoru Gojo. Le jeune homme fait la connaissance de ses camarades de classe, Maki Zenin, une spécialiste du combat et notamment de la lance, Toge Inumaki, un spécialiste des incantations, et Panda, une entité incarnée en panda. Le petit groupe doit bientôt faire face à une dangereuse menace. Quelqu’un prévoit en effet de lâcher des milliers de malédictions sur la ville afin d’exterminer tous les non-exorcistes.

Je ne connais que vaguement Jujutsu Kaisen. Je sais qu’il s’agit d’un manga sur la lutte entre des exorcistes et des fléaux, sortes d’esprits maléfiques crées par une trop forte concentration d’émotions humaines. Et bien j’ai été très agréablement surprise par la qualité de l’animation et du scénario de Jujutsu Kaisen 0, un spin-off. Les dessins sont magnifiques, l’animation très rapide mais précise. On se laisse prendre par l’animé, qui aborde des thématiques diverses comme le deuil ou l’amitié. C’est un drame avec des éléments comiques, qui forme un ensemble parfaitement équilibré.

Aristocrats

Pays d’origine : Japon

A 30 ans, et au plus grand désespoir de sa famille, Hanako est toujours célibataire. Jeune fille de bonne famille, sa situation fait tâche avec ses sœurs qui sont mariées. Elle fait un jour la rencontre de Koichiro, un jeune homme de bonne famille. Alors qu’ils se rapprochent au point de parler de fiançailles, elle découvre qu’il entretient une relation ambigüe avec Miki, une hôtesse. Le conte de fée de la jeune femme tournerait-il court ?

La réalisatrice japonaise Yukiko Sode nous livre un film sans concessions sur la situation des femmes au Japon. Car être une femme signifie être une épouse, une mère. La femme est ainsi définie par son statut social et par sa relation avec sa famille. Les deux actrices principales, Kiko Mizuhara et Kiko Mizuhara, interprètent leurs rôles avec conviction, se battant pour exister par elles-mêmes. Aristocrats est l’adaptation du roman Ano Ko wa Kizoku de Mariko Yamauchi.

La Chance sourit à madame Nikuko

Pays d’origine : Japon

Nikuko est une mère célibataire réputée pour sa joie de vivre immuable. Toujours de bonne humeur, elle adore manger, plaisante allégrement avec les clients du restaurant où elle travaille et tombe très facilement amoureuse. Après une énième rupture sentimentale, elle part s’installer avec sa fille Kikurin dans une nouvelle ville, sur un bateau dans un village de pêcheurs. Devenue adolescente, cette dernière fait tout pour éviter de ressembler à sa mère. Les relations entre les deux connaissent alors des hauts et des bas, jusqu’à ce qu’un secret du passé resurgisse.

La Chance sourit à madame Nikuko est un film d’animation d’Ayumu Watanabe que j’ai adoré. C’est un film plein de bon sentiments, mature mais accessible aux plus jeunes qui parle des relations mère-fille, de l’amitié et des premiers émois amoureux. Nikuko est une mère obèse, dont la vie tourne autour de la nourriture et de sa fille. Son comportement embarrasse parfois sa fille, qui néanmoins l’aime pour ce qu’elle est. La Chance sourit à madame Nikuko est un film beaucoup plus profond qu’il n’y parait au premier regard, adapté du roman de Kanako Nishi.

The Housewife

Pays d’origine : Japon

Toko est une mère de famille typique japonaise. Mariée et mère au foyer, elle passe ses journées à s’occuper de la maison et à s’occuper de ses beaux-parents. Un beau jour, elle retombe sur son ancien amour de faculté, qui travaille dans un cabinet d’architecte. Toko décide alors de reprendre le travail et le rejoint. Au fil du temps, les deux se rapprochent et la jeune femme s’interroge sur ce qu’elle veut faire avec sa vie. Pourquoi n’est-elle pas heureuse alors qu’elle possède tout pour être heureuse ?

Dans The Housewife, Yukiko Mishima raconte l’histoire d’une épouse, d’une mère, qui ne se satisfait plus de sa vie. Après sa rencontre avec une ancienne flamme, elle se remet en question et fait le point sur sa vie. A trop vouloir rentrer dans le moule de la société japonaise, Toko s’est perdue en route et ne se satisfait plus de ce qu’elle a, de ce qu’elle vit.

Onoda – 10 000 nuits dans la jungle

Pays d’origine : France, Italie, Japon, Belgique, Allemagne, Cambodge

Hirō Onoda est un soldat japonais, officiant durant la Seconde Guerre Mondiale sur l’île de Lubang aux Philippines. Alors que le conflit s’embourbe, il refuse de croire aux rumeurs. Il est impossible que le Japon ait perdu la guerre et capitulé. Figé dans ses croyances, il va passer une trentaine d’années dans la jungle, à se battre pour une guerre qui n’a plus cours.

Onoda – 10 000 nuits dans la jungle est certes une co-production internationale, mais il méritait d’être dans ce Top 6 pour des raisons évidentes. Co-auteur et réalisateur, Arthur Harar nous raconte ici l’histoire vraie d’un soldat qui a poussé le patriotisme à l’extrême. Il est incroyable de se dire que cet homme obéit aux ordres, sans se poser de questions. Ses supérieurs lui ont donné un ordre que jamais, pas une seule fois il ne remet à question. La situation est étrange ? Ce n’est pas grave, ce sont les ordres. Sa famille vient lui annoncer la fin de la guerre ? Ce sont des mensonges, ils ont été manipulé et forcé par les Américains. Le film est splendide, avec de magnifiques plans, et il décrit parfaitement la situation de cet homme qui vivra près d’un tiers de sa vie seul. Onoda – 10 000 nuits dans la jungle est un film sorti en 2021, mais que j’ai eu l’énorme chance de voir en 2022 lors d’une ressortie en salle.

L’Asie possède un incroyable vivier de talents. J’ai hâte de voir ce que le reste de l’année 2022 aura à nous offrir en terme de films asiatiques.

You may also like

2 Comments

  1. Pingback: Des films étranges mais attachants Les toiles de la culture - Les aventures d'une chercheuse d'histoires

  2. Pingback: Pawo Choyning Dorji revient avec Le moine et le fusil Les toiles de la culture - Les aventures d'une chercheuse d'histoires

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *