2020. Une année qui restera dans les annales. Et certainement pas pour les bonnes raisons.

Je dois avouer que l’année 2020 n’avait pas bien commencé. Je l’avais débuté dans mon lit, avec une douleur dans le dos après un voyage en train des plus épiques au cours de laquelle le verrou de ma valise s’était cassé, la lanière de mon sac avait lâché et où j’avais dû rentrer chez moi en Uber car les trains étaient bondés et je ne parvenais pas à entrer dans un wagon avec tous mes bagages. J’aurai dû me douter que ce n’était qu’un préambule à une année de merde. Comment ai-je pu ignorer tous les signes ?

Livres

L’année a été mitigée de ce côté. J’ai appris la fermeture du Boulinier à Paris, ma librairie d’occasion favorite. Le lieu où je pouvais passer des heures à chercher la perle rare, le livre idéal pour des tarifs défiants toute concurrence. Agatha Christie, Stephen King, livres jeunesses, j’en ai passé du temps à augmenter la taille de ma pile de livres à lire.

Côté positif, j’ai découvert le site des Librairies indépendantes. Sur ce site, vous pouvez acheter tous vos livres chez des libraires indépendants. Le choix est immense, les seules limites étant celles du titre que l’on recherche. Je vais poursuivre son utilisation en 2021 pour sûr.

Les librairies indépendantes

J’ai aussi découvert des auteurs que je ne connaissais pas, débutants et confirmés, à l’image de Lola Lafon (Chavirer), Maylis Adhemar (Bénie soit Sixtine), Emil Feris (Moi ce que j’aime c’est les monstres). Je ne suis pas du tout l’actualité littéraire habituellement, je suis plutôt du genre à entrer dans une librairie et à fonctionner au coup de cœur en lisant la quatrième de couverture. Mais cette année, fermeture des librairies obliges, je me suis tournée vers le bouche-à-oreille et vers l’actualité littéraire. Je pense également poursuivre cette nouvelle habitude.

J’ai poursuivi ma lecture en e-book même si le format papier aura toujours mes faveurs. Mais étant entre deux logement en ce moment, je ne peux/veux avoir trop de poids avec moi. J’ai donc décidé de passer une partie de ma lecture en e-book, plus particulièrement tout ce qui est comics. Finies les piles de magazines que je ne sais pas où ranger !

Cinéma

Je suis à 100 % pour aller voir un film en salle. Je trouve qu’il y a une ambiance, une atmosphère que l’on ne retrouve pas chez soi. Donc la fermeture des salles a été pour moi un coup dur. D’autant plus qu’en temps normal, je vais au cinéma au minimum 1 fois par semaine. La fermeture des salles a donc été une très mauvaise nouvelle. Et la suppression des sorties de nombreux films, décalés à 2021, voire même lancé sur les sites de streaming aussi.

Le point positif est que j’en enfin pu me lancer dans le visionnage des milliers de DVD qui m’attendent j’ai moi et que je n’ai habituellement jamais le temps de regarder. Je suis fière de moi. Même si je n’en ai pas regardé autant que je le souhaitais. Mais peu importe. Le principal est de faire de belles découvertes ou de confirmer des coups de cœurs que j’ai eu.

Autre point positif, le streaming. Les plates-formes se multiplient comme des petits pains. Netflix, Disney+, Salto, Apple tv, Amazon Prime Video et bientôt HBO Max, le choix devient de plus en plus difficile. Car on ne peut pas tout avoir. Heureusement que certains autorisent la création de plusieurs comptes, ce qui permet de partager ses codes avec d’autres utilisateurs. La fermeture des salles a poussé le public à se tourner vers de nouveaux médias. J’ai ainsi découvert de nombreux films d’horreur sur Netflix. Le choix de documentaires est également très large.

Dernier point, les films anciens et classiques. Les chaînes Paramount Channel et TCM Cinema proposent un grand choix de films anciens, dont des films en noir en blanc. J’ai ainsi pu voir des films que je n’avais jamais vus auparavant Ben-Hur, Dieu seul le sait, Sept ans de réflexion, Docteur Jekyll et M. Hyde ou encore La Féline (Jacques Tourneur). Et j’ai adoré. Ce sont des films que je voulais voir depuis longtemps, des films classiques en noir et blanc ou des films avec des acteurs mythiques. Je vais définitivement poursuivre sur ma lancée.

Expositions

Les résultats ne sont pas fameux. Entre le confinement et le fait que je ne sois plus en région parisienne (de manière temporaire) depuis juin, je n’ai quasiment rien vu cette année. Je compte me rattraper en 2021 avec plusieurs expositions qui ont suscité mon intérêt. « Exposition Louis de Funès » à La Cinémathèque française et « Gabrielle Chanel. Manifeste de mode » au Palais Galliera font ainsi partie des expositions que j’irai voir dès que possible.

Le point positif est le développement des interactions avec les musées. On peut désormais effectuer des visites interactives de certaines expositions dans certains musées dont le Musée du Louvres.

2021

Je le sens. J’y crois. 2021 sera l’année du renouveau. Il le faut. Je crois en un monde du cinéma qui reviendra encore plus riche en nouveautés. Je crois en un monde littéraire toujours plus varié. Je crois en un secteur culturel qui aura appris du confinement et reviendra plus motivé que jamais à nous divertir et nous faire rêver. 2021, année du renouveau.

A l’année prochaine fraîche et reposée ! Du moins c’est le plan.

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.