478views

Un journaliste et son cameraman se rendent chez Chiyoko Fujiwara, une ancienne gloire du cinéma désormais retraitée, afin de l’interviewer. Le journaliste veut également lui remettre un objet, une clef, liée à son passé. Elle leur raconte son histoire.

Millennium actress

Millennium actress est un bijou de mise en scène. Et j’ai eu la chance de la voir au cinéma Le Brady. Il se passe tellement de choses qu’on se sent littéralement happé dans l’histoire. Et après avoir vu le dessin-animé, vous comprendrez ce que je veux dire. Explications.

Chiyoko Fujiwara est une ancienne actrice. Plus ou moins secrètement amoureux d’elle, un journaliste veut retracer son histoire à l’occasion de la destruction des studios dont elle a fait la gloire. Née au Japon en 1923, la jeune fille est confrontée au nationalisme grandissant dans le pays. A son adolescence, elle fait une rencontre qui va bouleverser sa vie. Elle croise la route d’un homme en fuite, pourchassé par la police. Contre toutes attentes, elle décide de l’aider et le cache dans une grange chez elle. Peintre, ce dernier refuse néanmoins de lui montrer son œuvre qu’il cache sous une toile. Il lui offre une clef qu’elle garde précieusement. Mais lorsque la police se présence à son domicile, à la recherche du fugitif, celui-ci s’enfuit sans qu’ils aient l’occasion de se revoir. Il monte dans un train que Chiyoko tente de rattraper, en vain. Elle se jure alors de le retrouver. C’est à ce moment que le film commence réellement. Et que sa vie prend une tournure insoupçonnée.

Millennium actress
© Septième Factory

Elle rencontre un directeur de studio qui la lance dans le cinéma, contre l’avis de sa mère, très conservatrice. Mais Chiyoko voit cette opportunité comme un moyen de retrouver l’homme qu’elle n’a jamais pu oublier. Elle n’a en effet qu’un seul but dans la vie : retrouver celui qu’elle considère comme son premier amour afin de lui rendre sa clef.

L’une des particularités de Millennium actress est que nous suivons Chiyoko à travers le temps et ses films. Et Satoshi Kon réalise là un tour de maître. Pour nous entraîner dans ses aventures, nous adoptons le point de vue du journaliste et du cameraman, qui prennent part au récit. Car l’histoire de Chiyoko est intrinsèquement liée à sa carrière cinématographique. Dans tous ses films, elle veut retrouver l’homme.

Millennium actress
© Septième Factory

La transition entre les moments d’interview, ses films et sa vie sont parfaits. On passe d’une attaque dans un train par des rebelles, à la défaite d’un seigneur de guerre, aux bombardements américains avec une fluidité inimaginable. Le montage est juste … WOW.  L’une des scènes que j’ai le plus aimé se passe lorsque Chiyoko s’enfuit à cheval, et là, on passe d’une scène en 2D à une estampe japonaise. Une merveille visuelle.

Le journaliste, amoureux de Chiyoko, ne cesse d’intervenir dans son récit. Il se considère comme son chevalier servant et est prêt à tout pour la protéger et prendre soin d’elle. Il intervient donc dès qu’elle se trouve en difficulté, à la plus grande surprise et déplaisir du cameraman. Le journaliste intègre le film de sa vie, interagissant avec elle et observant sa vie au premier plan.

Millennium actress
© Septième Factory

Quelques-soient les époques, l’homme qu’elle recherche est toujours pourchassé par un homme de la police doté d’une cicatrice sur le visage. Il ne cesse de poursuive Chiyoko afin qu’elle le mène à l’homme mystérieux. On ne sait pas qui est cet homme que tout le monde pourchasse. Il est comme une chimère, un fantasme de l’amour que s’est créée Chiyoko. Elle ne sait quasiment rien de lui, mais elle s’est créé tout un univers autour de lui. Elle a construit toute sa vie autour de l’image qu’elle s’est faite de lui.

Désormais âgée de 70 ans, Chiyoko observe sa vie passée avec nostalgie. A-t-elle eu raison de poursuivre cette chimère ? N’est-elle pas passée à côté de sa vie ? Que doit-elle retenir de son existence ?

Satoshi Kon est également le réalisateur de Perfect Blue et Paprika, considérés par beaucoup comme des chef-d’œuvres de l’animation japonaise. Je ne les ai pas encore vu, mais si Millennium actress est un indicateur de son talent, le visionnage ne saurait pas tarder.

Millennium actress

Bande-annonce :

Millennium actress vous a plu ? Découvrez également Perfect Blue, Paprika et Tokyo Godfather !

You may also like

1 Comment

  1. Pingback: Le Japon en 8 animés - Les toiles de la culture

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.