Un homme solitaire et taciturne vit tranquillement dans la forêt avec sa truie. Son seul contact avec l’extérieur est son commanditaire qui vient lui acheter ses truffes. Mais une nuit, des hommes l’agressent et kidnappent sa truie. L’homme n’a désormais plus le choix : il doit retourner dans la civilisation.

Wow. Pig révèle Nicolas Cage dans l’un de ses plus beaux rôles depuis…. très longtemps. Il s’agit très clairement de l’un des mes films préférés de 2021, tant pour son scénario pour son casting. C’est un film où il ne se passe pas grand-chose, mais qui repose sur la qualité de jeu des acteurs. Un film à voir absolument.

Robin « Rob » Feld est un homme solitaire qui vit loin des hommes dans la forêt, avec une truie pour seule compagnie. Il vit chichement mais cela lui suffit. Son commanditaire est son seul contact avec le monde, même si leur relation est à sens unique. Une nuit, il est violemment agressé par des individus qui s’emparent de sa truie. A son réveil, ensanglanté et désorienté, il n’a plus qu’une idée en tête. Récupérer son animal. Il fait donc appel à Amir, son commanditaire, afin qu’il l’aide et le conduise en ville, pour la première fois depuis des années.

Pig: Nicolas Cage
© Metropolitan FilmExport

Le film se divise en trois parties : « Tarte aux champignons rustiques », « Pain perdu de maman et coquilles Saint-Jacques revisitées », « Un oiseau, une bouteille et une baguette salée ». Chaque chapitre correspond à une évolution des personnages. Au départ, Rob et Amir sont de simples associés. Rob ne fait aucun effort pour être sociable. Il fait son boulot, il est payé et c’est tout. Il se contente d’apprécier la compagnie de sa truie et le silence de la forêt. La seule chose qui va le faire changer est la disparition de son animal de compagnie. La comparaison avec John Wick est inévitable, mais rapidement, on comprend qu’elle n’est pas nécessaire. En effet, Rob n’a jamais recours à la violence. Il utilise simplement la parole.

Peu à peu, Rob et Amir se rapprochent. Tout deux brisés par la vie, ils cherchent à se raccrocher à quelque-chose afin de ne pas complètement sombrer. On comprend que Rob a perdu sa femme et que la mère d’Amir s’est suicidée. Aucun des deux n’arrive réellement à faire son deuil et à aller de l’avant. Au fur et à mesure que le film avance, Rob se dévoile. C’est un ancien chef qui tenait le restaurant le plus couru de Portland. Un lieu recherché par les amateurs de bonne cuisine qui en ressortait le sourire aux lèvres. Mais lorsque la tragédie a frappé, il s’est littéralement effondré et n’a pas su faire face à la réalité. Il a alors tout quitté pour aller vivre avec sa truie, son seul véritable lien social. Du moins jusqu’à l’évolution de sa relation avec Amir.

Amir est pour sa part un petit garçon qui n’a jamais véritablement grandi. Traumatisé par les disputes de ses parents lorsqu’il était enfant, il a toute sa vie couru après l’amour et l’approbation d’un père, Darius, qui ne l’a jamais vraiment considéré. Comment se construire face à un homme dur qui n’affiche pas d’émotions ? Ce n’est pas la rencontre entre les deux hommes qui va bouleverser leur vie, mais plutôt la disparition de la truie qui va leur faire comprendre que leur vie n’est pas saine.

Pig: Alex Wolff
© Metropolitan FilmExport

En accompagnant Rob à travers la ville, Amir découvre que Rob est une véritable légende à Portland. Son simple nom ouvre toutes les portes et impressionne tout le monde. Qui est cet homme ? C’est un homme tellement charismatique qu’il impressionne par sa seule présence. Jamais Rob ne se lave. Il est battu et maltraité, mais jamais il ne se nettoie ou ne cherche à enlever le sang de son visage. Il passe tout le film dans les mêmes vêtements avec sa tête d’homme martyre. Et pourtant, tout le monde le respecte. La réunion des trois hommes, Rob, Amir et Darius est le point d’orgue du film. Brisés par la vie est des évènements hors de leur contrôle, ils comprennent qu’ils vont devoir évoluer s’ils veulent avancer dans la vie. C’est un très beau message que fait passer le film.

Pig: Nicolas Cage
© Metropolitan FilmExport

On peut difficilement faire plus différent. Rob est un homme simple, qui vit avec le strict minimum, dans une cabane dans la forêt. Amir est un jeune riche en devenir, très fière de sa belle voiture jaune. Quant à Darius, c’est l’opulence même avec son immense maison semblable à un manoir. Pourtant, ce n’est pas le plus riche qui s’avère le plus heureux. Bien au contraire.

Pig est un film magnifique, avec un casting particulièrement soigné. Chaque acteur brille, mené par un Nicolas Cage des plus talentueux. Voir Pig m’a rappelé à quel point c’était un acteur fantastique lorsqu’il joue dans le bon film. Nous sommes plus habitués à voir l’acteur dans des nanards, jouer pour payer ses factures plus qu’autre chose. Mais dans le cas présent, j’ai vu un acteur jouer pour le plaisir du jeu. Et c’est fantastique à regarder. Tout passe par le regard. Nicolas Cage ne court pas, il ne bouge pas beaucoup. Pig n’est pas un film où il se passe beaucoup de choses. Car tout passe par le regard. C’est incroyable à quel point Nicolas Cage parvient à faire passer des émotions avec ses yeux. C’est un taiseux, qui en temps normal ne s’exprime pas beaucoup. Mais pour retrouver sa truie, il va devoir sortir de sa zone de confort et exprimer ses émotions. Et il y parvient merveilleusement bien. Il fait preuve d’une incroyable économie de mouvements tout en parvenant à exprimer tout un faisceau d’émotions.

Michael Sarnoski, réalisateur est scénariste du film, nous dévoile une œuvre de plus réussies. Pig est l’archétype du film que j’aime. Un long-métrage tranquille, paisible, avec des acteurs que l’on sent et devine passionnés à l’image de Juno ou Only lovers left alive. J’aime l’idée du parcours initiatique dans lequel les personnages se découvrent après une introspection. Pas d’explosions, pas ou très peu de violence, pas d’action. Juste des acteurs et une caméra. Dans Pig, Michael Sarnoski réalise de nombreux plans fixes sur les visages des acteurs, comme pour nous dire de nous concentrer sur eux.

Pig: Alex Wolff, Nicolas Cage
© Metropolitan FilmExport

Pig n’est pas un simple drame. C’est une histoire sur la gastronomie, l’amitié, le deuil et la famille. Le film ne plaira certainement pas à tous, masi il faut le coup d’œil, ne serait-ce que pour admirer le jeu d’acteur de Nicolas Cage et son alchimie avec le reste du casting.

Bande-annonce

Si vous avez aimé Pig, intéressez-vous à Lucky, Paterson et Des hommes et des dieux.

You may also like

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *