330views

Tout avait pourtant bien commencé. Mark Watney et ses coéquipiers avaient atterri sur Mars et préparé leur campement. Mais une soudaine tempête de neige a forcé l’équipe à évacuer en laissant Mark derrière. Désormais seul et sans aucun moyen de communication avec la Terre, il doit puiser dans ses ressources physiques et mentales pour survivre.

Titre original : The Martian

Auteur : Andy Weir

Date publication : 2015

Éditeur : Bragelonne

Protagoniste principal : Mark Watney

Il n’y a pas besoin d’être féru d’espace pour apprécier ce roman qui n’offre aucun temps mort. On vit littéralement cette aventure aux côtés de Mark, espérant tout comme lui une issue heureuse. Andy Weir nous délivre une œuvre implacable, digne des plus grands récits sur la survie. Immersion dans ce roman spatial.

« Je suis tout seul. »

L’équipage d’Arès 3 fait partie d’une mission envoyée sur Mars. Après de longs mois de voyage, ils commencent leur installation sur la planète rouge et installent leur campement surnommé l’Habitat. Mais rapidement, une tempête de sable menace l’équipage. Alors que les vents deviennent de plus en plus violents, ils sont contraints de rebrousser chemin et de rejoindre leur navette. Malheureusement, Mark se retrouve emporté et blessé. Ne le retrouvant pas et ne pouvant se permettre d’attendre plus longtemps, l’équipage d’Arès 3 doit se résoudre à partir sans lui. A son réveil, Mark constate qu’il est seul sur Mars.

Quelle aventure ! On s’attache très rapidement à cet homme qui doit se débrouiller pour survivre dans un environnement plus qu’hostile. La planète rouge est en effet totalement inhospitalière et mortelle pour l’homme. Fort heureusement, Mark possède les capacités suffisantes pour survivre : il est en effet à la fois botaniste et ingénieur. Deux casquettes, qui, mine de rien, vont lui permettre de rester en vie. Il doit trouver le moyen de tenir jusqu’à l’arrivée d’Arès 4, prévue quatre ans plus tard.

« La vie est tellement tenace. Tout comme moi, ces bactéries refusent de mourir. »

Comment ? Plus facile à dire qu’à faire ! Mais s’il a été sélectionné pour cette mission, c’est justement pour sa résilience. Sa capacité à se débrouiller. Il va donc réfléchir et réfléchir et réfléchir encore. Que faire ? La liste des tâches est interminable. Il doit signaler à la NASA qu’il est toujours vivant. Faire le point sur la quantité de vivres qui lui reste. Effectuer une analyse des systèmes. Et j’en passe.

Ses vivres, composés de plats en sachets, ne lui suffiront pas à tenir des années ? Il va faire pousser des pommes de terre. Il ne possède pas de système de communication ? Il va trouver le moyen d’entrer en contact avec la Terre. Il fonctionne par étape. Un point après l’autre. Un pas après l’autre. Son abnégation est sans égale. De même que son ingéniosité à réparer et adapter tout l’équipement nécessaire à sa survie. Il est un peu comme MacGyver, se débrouillant avec ce qu’il a sous la main. Il s’adapte à chaque situation avec les moyens du bord.

« Cela fera de moi un pirate ! Un pirate de l’espace ! »

Seul sur Mars est extrêmement bien écrit. Certes, il y a de nombreux termes techniques, utilisés dans un but précis, mais ils sont expliqués de façon suffisamment simple pour que l’on comprenne. Le roman est ainsi adapté aux néophytes comme moi. Comment cela se fait-ce ? Parce qu’Andi Weir a travaillé comme programmateur informatique dans un laboratoire. Le langage qu’il utilise dans le livre lui est parfaitement familier. De même, c’est un passionné d’espace. Il est tout à fait dans son élément lorsqu’il rédige son œuvre. Il n’a pas choisi le sujet au hasard, bien au contraire.

Le roman est rédigé sous forme d’un journal de bord. Nous sommes donc dans la tête de Mark, à suivre ses craintes et ses espoirs. Les coups durs et les problèmes prennent la suite des bons moments. La solitude lui pèse. Mais il s’accroche. Il s’accroche à l’espoir qu’il va survivre. Car c’est tout ce qu’il lui reste. Abandonner n’est pas une option.

Robinson Crusoé avait Vendredi, Chuck Noland avait Wilson, qu’en est-il de Mark Watney ? Pour le savoir, jetez-vous sur Seul sur Mars.

Vous avez aimé Seul sur Mars ? Découvrez sans attendre Seul au monde (film), Je suis une légende (livre et film) et Robinson Crusoé. Et ne manquez pas le film avec Seul sur Mars avec Matt Damon.

You may also like

3 Comments

  1. Pingback: Pitch Black, plongée dans le monde de la nuit - Les toiles de la culture

  2. Pingback: Je suis une légende de Richard Matheson Les toiles de la culture - Les aventures d'une chercheuse d'histoires

  3. Pingback: La planète rouge, la terre promise Les toiles de la culture - Les aventures d'une chercheuse d'histoires

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.